PixLM

Laurent Masson - Auteur Photographe

Carnet de voyage en Islande

_____________________________________________________________________________________

C’était un vieux rêve, je l’ai réalisé l’été 2007. J’ai déjà publié une sélection de photos sur mon site galerie, mais je souhaitais écrire un petit carnet de voyage illustré avec les autres images, une fausse excuse pour se replonger dans le pays des glaces ou encore un bon moyen d’en conserver quelques souvenirs. Quoi qu’il en soit, le blog s’y prêtera très bien. Et cela pourra par ailleurs donner quelques informations aux voyageurs visant cette destination, tout comme j’en avais recherché avant de partir.

La première difficulté pour l’Islande, est de trouver le bon compromis entre le budget, le type de voyage (randonnée, découverte, routard …), et la durée. Pour ma part, j’ajouterai la contrainte de voyager seul.

Rapidement j’écarte l’option de randonnée itinérante, seul avec les conditions islandaises (pluie, vent, froid), je risque de perdre courage assez vite par manque de pouvoir partager les galères.

Le « pack » gagnant sera donc une location de voiture de tourisme sur 10 jours pour réaliser le tour de l’Islande par la route n°1. Je m’en tirerai pour 650 euros de location de voiture environ (Citroen C3), par contre l’intérieur du pays restera inaccessible, 4×4 obligatoire, mais il faut compter pratiquement le double du prix ! Les pistes islandaises autorisées tout véhicule sont assez praticables, même si l’on progresse évidemment moins vite qu’en 4×4. Pour mon expérience, les nids de poules sont assez rarement profonds au point de toucher le bas de caisse, le danger vient plutôt des caillasses, ou des moutons sur la route. Je ne regretterai pas ce choix de locomotion, le bus, en plus d’offrir moins de liberté, n’est pas forcément meilleur marché. D’autant que l’adaptateur allume-cigare/220 Volts me permettra également de recharger facilement les batteries de l’appareil photo et de l’ordinateur portable (eh oui, j’ai visé confort).

Côté hébergements, je ne ferai que du camping, il y en a largement en Islande, et certains sont même gratuits. La plupart ont des douches d’eau chaude naturelle, on est sur le territoire des volcans. La nuit la température peut descendre à moins de 5°C, mais la nuit islandaise est très courte en été et les 12° de moyenne diurne permettent vite de se réchauffer ! Ceci-dit, un bon duvet, et on dort très bien, les campings proposent presque toujours des tapis bien moelleux de gazon vert pour poser les tentes. Le camping en sauvage est toléré sur acceptation du propriétaire du terrain, mais pour ça, il faudra le trouver le propriétaire ! On croise beaucoup plus de moutons ou de chevaux que d’insulaires, tout comme on croise beaucoup plus de champs de lave que de terrains viables au camping. Je ne m’embarrasserai donc pas de cette hypothèse, au pire, dormir dans la voiture est toujours une solution.

Pour le billet d’avion, j’ai choisi la nouvelle liaison Paris/Keflavik de l’agence low cost Iceland Express, qui proposait des tarifs de l’ordre de 350 euros. Rien à signaler, service rendu, par contre il n’existe pas d’agence, le seul moyen de communication est l’email.

Reste la nourriture, j’avais emporté un peu (trop) de ravitaillement (réchaud à combustibles, alimentation en boites, lyophilisés, café, chocolat …), et l’appoint se fait facilement sur place dans les épiceries des stations services. Pas de problème donc sur la route N°1. Je garde tout de même le petit regret de ne pas avoir goûté aux spécialités islandaises, mais les restaurants restaient hors budgets. Ceci-dit j’ai envisagé ce voyage comme une mise en bouche pour mieux préparer les suivants, j’ai bien l’intention d’y retourner, notamment pour faire davantage de randonnées (Skaftafell, Landmannalaugar), et de rencontres sur Reykjavik.

Voici l’itinéraire réalisé du 13 août au 23 août 2007 :

Sur une dizaine de jours, le planning est plutôt tendu, et certaines journées étaient très chargées. Etant seul je n’ai pas hésité à rouler parfois pendant de nombreuses heures, souvent pour composer au mieux avec la météo. Cette dernière commence à être très capricieuse dès la mi-aout, et ce voyage étant avant tout photographique, je privilégiais la course au soleil. Bien qu’une découverte de l’Islande sans pluie resterait incomplète, l’atmosphère brumeuse qui s’en dégage alors est très particulière.

Les paysages d’Islande sont fantastiques (ce n’est pas un scoop), une impression d’une terre extrêmement sauvage et indomptable. La lumière est un paysage à elle seule, soit très incidente (dû au soleil bas), soit partiellement (voire totalement) filtrée par une masse brumeuse. La photographier est assez difficile, mon bridge numérique (bien que très bon modèle) a rapidement montré ses limites. D’ailleurs de retour en France, des images plein les yeux, je ne tarderai pas à craquer pour un reflex, une renaissance photographique !

______________________________________

PS : J’espère que les éditions Hachette (www.routard.com) ne me tiendront pas rigueur d’avoir utilisé leur carte d’Islande. En contre-partie un peu de pub ne fait pas de mal, et j’en profite pour indiquer que le site du routard tout comme son forum m’a bien aidé à préparer ce voyage. Côté papier, à chacun son guide, question de destinations je pense, pour l’Islande mon choix se portera également sur l’édition 2007/2008 du routard.